Classement de Shanghai 2020 : la France se hisse au 3e rang mondial

Le traditionnel classement annuel de Shanghai vient d’être publié. Cette année, la France voit son enseignement supérieur et sa recherche récompensés avec, pour la première fois, 30 établissements classés parmi lesquels l’un d’entre eux entre dans le Top 20, trois figurent dans le Top 50 et cinq dans le Top 100.

« La qualité de notre enseignement supérieur et de notre recherche est enfin reconnue internationalement à son vrai niveau ». C’est en ces termes que le Président de la République française a salué les résultats du classement de l’Academic Ranking of World Universities, autrement dit Classement de Shanghai, dans lequel la France se retrouve en troisième position mondiale dans le Top 20 du classement, après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

De nouveaux modèles d’établissements

Comme le souligne le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ce classement 2020 marque « une belle progression en partie due au fait que, pour la première fois, le classement prend en compte les nouveaux modèles d’universités créés entre 2019 et 2020 ». Plus précisément, toujours selon le ministère, ce succès est imputable au décloisonnement des universités, grandes écoles et organismes de recherche qui peuvent ainsi « déployer leur stratégie », mais aussi « valoriser leur potentiel scientifique » et se voir donc « reconnaître parmi les meilleurs établissements au monde ».

17 établissements français dans le Top 500

C’est l’Université Paris-Saclay qui se trouve classée comme la première université française du classement, la 3e européenne (après Cambridge et Oxford) et la 14e meilleure université mondiale.

Toujours dans le Top 100, 4 autres universités sont également distinguées : l’Université Paris Sciences et Lettres (36e place), Sorbonne Université (39e), l’Université de Paris (65e) et l’Université Grenoble Alpes (99e).

Dans le Top 500, on trouve encore 12 établissements français : l’Université d’Aix-Marseille, l’Université de Strasbourg, l’Université de Montpellier, l’Université Claude-Bernard Lyon 1, l’Université Toulouse III Paul Sabatier, l’Université de Bordeaux, l’Université de Lorraine, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, l’Institut Polytechnique de Paris, l’Université Côte d’Azur, l’Université Toulouse 1 Capitole et l’Université de Lille.

A noter aussi l’entrée de nouveaux établissements dans ce classement : l’EHESS, l’Université Gustave Eiffel, l’Université Paris 12, l’Université de Tours et l’Université Côte d’Azur (qui entre directement dans le Top 300).

Un classement thématique déjà favorable à la France

Le ministère souligne à juste titre que la plupart de ces universités ont déjà fait l’objet d’une distinction à l’occasion de la sortie en juin dernier du classement thématique de Shanghai. En effet, 86 établissements français figuraient déjà dans ce palmarès thématique dont 37 établissements parmi les 100 premiers mondiaux pour au moins une thématique, « permettant ainsi à la France de se classer première en mathématiques, deuxième en écologie et troisième en océanographie ». C’est le cas de l’Université Paris-Saclay qui avait obtenu la première place mondiale en mathématiques dans ce palmarès.

Une méthodologie et des critères liés à la recherche

L’Academic Ranking of World Universities (issue de l’université Jiao-tong de Shanghaï) classe les universités en fonction de plusieurs indicateurs de « performance académique ou de recherche », tels que les récompenses attribuées à d’anciens ou actuels professeurs ou chercheurs qui ont remporté des prix Nobel et des médailles Fields ou encore la publication d’articles dans des revues spécialisées.

Au total, ce sont ainsi plus de 1800 universités qui sont actuellement classées et les 1000 meilleures font l’objet du classement publié.

Dernière modification : 25/08/2020

Haut de page